Grossbanken wie die Crédit Suisse sind de facto vom Staat hoch subventioniert © Aex.ch/CreativeCommons

Grossbanken wie die Crédit Suisse sind de facto vom Staat hoch subventioniert

Hunderte Milliarden Subventionen für Grossbanken

Red. / 14. Dez 2011 - Die faktische Staatsgarantie für Grossbanken erlaubt diesen, Kredite zu günstigeren Zinsen aufzunehmen. (en français)

Par Jean-Daniel Delley.

La garantie publique implicite dont bénéficient les banques too big to fail (TBTF) constitue un avantage concurrentiel que tous les libéraux devraient dénoncer avec vigueur. De ce fait, ces établissements peuvent emprunter à des taux préférentiels. La Banque d’Angleterre estime le montant de ce subventionnement des grandes banques mondiales entre 528 et 2294 milliards de dollars en 2009.

La régulation récemment adoptée par le Parlement, même si elle va plus loin que les exigences de Bâle III, ne suffira pas à amortir un choc financier majeur (DP 1904). Reste à espérer que face aux soubresauts de la finance internationale, les décideurs politiques s’émancipent de la tutelle des grandes banques, privilégient la stabilité financière et économique et renoncent à soutenir des champions nationaux qui peuvent très rapidement devenir des boulets nationaux.

La crise financière n’a fait qu’accélérer la concentration bancaire. Les chiffres récemment publiés par la Neue Zürcher Zeitung (29.11) sont impressionnants. En dix ans, les cinq plus grandes banques de la planète ont doublé leur part de marché (de 8 à 16%). Le bilan des dix premiers établissement financiers représente 26% du bilan cumulé des 1000 plus grandes banques. La somme du bilan des 25 principales banques mondiales a septuplé depuis le début des années 1990. Alors qu’à la fin du siècle dernier, les actifs des trois principales banques britanniques représentaient 75% du PIB national, ils atteignent aujourd’hui 200%.

Les banques deviennent toujours plus grandes

La Suisse est championne de la concentration bancaire, un phénomène qui a précédé la crise de 2008. Si le bilan des deux grands UBS et Credit Suisse s’est quelque peu allégé, leur cumul vaut encore 2,5 fois le PIB helvétique. Beaucoup trop pour qu’un défaut de l’une ou l’autre ne cause des dommages majeurs à l’économie nationale et que les pouvoirs publics restent inactifs.

En laissant sombrer Lehmann Brothers en septembre 2008, les autorités américaines ont voulu signifier que les banques too big to fail (TBTF) ne devaient pas compter en dernier ressort sur l’appui automatique des pouvoirs publics. Mais la leçon n’a pas porté. Car devant le cataclysme engendré par cette faillite, les gouvernements ont volé au secours des géants de la finance à coups de centaines de milliards.

Dexia est la plus récente illustration

En octobre déjà, les ministres des finances du G7 ont clairement dit qu’ils ne laisseraient pas tomber ces établissements bancaires. Le Conseil de stabilité financière (FSB), une émanation du G20, tente certes d’établir des standards internationaux de régulation. Mais en désignant explicitement 29 banques d’importance systémique, il a également entériné la règle du TBTF. Le sauvetage de la banque belgo-française Dexia, dépecée et partiellement étatisée, en est la plus récente illustration.

---

Cet article a paru dans Domaine public

Themenbezogene Interessen (-bindung) der Autorin/des Autors

keine

Meinungen / Ihre Meinung eingeben

Ähnliche Artikel dank Ihrer Spende

Möchten Sie weitere solche Beiträge lesen? Ihre Spende macht es möglich:

Mit Kreditkarte oder Paypal - oder direkt aufs Spendenkonto für Stiftung SSUI, Jurablickstr. 69, 3095 Spiegel BE
IBAN CH0309000000604575581 (SSUI)
BIC/SWIFT POFICHBEXXX, Clearing: 09000

Ihre Spenden können Sie bei den Steuern abziehen.

Einzahlungsschein anfordern: kontakt@infosperber.ch (Postadresse angeben!)

Noch keine Meinungen

Ihre Meinung

Loggen Sie sich ein. Wir gestatten keine Meinungseinträge anonymer User. Hier können Sie sich registrieren.
Sollten Sie ihr Passwort vergessen haben, können Sie es neu anfordern. Meinungen schalten wir neu 9 Stunden nach Erhalt online, damit wir Zeit haben, deren Sachlichkeit zu prüfen. Wir folgen damit einer Empfehlung des Presserats. Die Redaktion behält sich vor, Beiträge, welche andere Personen, Institutionen oder Unternehmen beleidigen oder unnötig herabsetzen, oder sich nicht auf den Inhalt des betreffenden Beitrags beziehen, zu kürzen, nicht zu veröffentlichen oder zu entfernen. Über Entscheide der Redaktion können wir keine Korrespondenz führen. Zwei Meinungseinträge unmittelbar hintereinander sind nicht erlaubt.