Makrim Wibisono demissionierte, weil Israel ihn nicht zu den Palästinensern liess © Onu/Violaine Martin

Autogoal de la mission d’Israël à l’ONU-Genève

Michel Bührer, Genf / 08. Jan 2016 - L'expert sur les droits de l'homme en Palestine démissionne car son mandat est «déséquilibré», selon Israël. Problème: c'est faux.

Le 4 janvier dernier, la mission d’Israël auprès des Nations Unies à Genève a publié un communiqué de presse annonçant que «le rapporteur spécial Wibisono a démissionné de son mandat déséquilibré». Le communiqué s’adressait aux initiés puisqu’il ne rappelait pas que ledit Wibisono est l’expert nommé en 2014 par le Conseil de droits de l’homme pour suivre la situation «dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967».

Selon le même communiqué, «quoique Mr. Wibisono se soit abstenu de mentionner le Mandat comme raison de sa démission, il est clair que la nature du Mandat a rendu impossible pour lui une approche équilibrée et en conséquence de mener à bien sa fonction». Israël a toujours critiqué l’impartialité de ce mandat établi en 1993, car il ne prend en considération que les violations des droits de l’homme perpétrées par les Israéliens et ignore celles des Palestiniens.

Reste que le communiqué ne dit rien des motivations de cet expert au poste hautement sensible. L’annonce officielle de la démission par le Conseil des droits de l’homme, le même 4 janvier, est plus explicite. «L’expert indépendant regrette que, durant tout son mandat, Israël lui ait refusé l’accès aux Territoires palestiniens occupés». Makram Wibisono y explique que suite à l’absence de réponse d’Israël à sa dernière demande, en octobre 2015, il se rend à l’évidence: il n’aura pas accès aux victimes, ce qui motive sa décision.

Un tel pataquès de la part d’une ambassade laisse songeur. Pourtant Nathan Chicheportiche, du service de presse de la mission israélienne, atteint par téléphone, ne voit pas de problème: «La position d’Israël est très simple, le mandat est biaisé». Oui, mais sur les motivations de l’expert ? «C’est parce que le mandat est biaisé, ce qui le rend impossible à remplir». Oui, mais c’est l’interdiction d’accès aux Territoires par Israël qui rend le mandat impossible à remplir, insiste-t-on. «Israël ne voit pas l’intérêt à collaborer», répond le chargé de presse. A cause du mandat unilatéral.

Pour mémoire, le prédécesseur de M. Wibisono, Richard Falk, avait surpris tout le monde en 2008 lorsqu’il avait suggéré d’étendre le mandat aux violations des droits de l’homme perpétrés par les Palestiniens. Les pays arabes s’étaient vivement opposés. Comme les Palestiniens… et comme les Israéliens.

---

Themenbezogene Interessen (-bindung) der Autorin/des Autors

Aucunes. Michel Bührer est correspondant accrédité auprès des Nations Unies à Genève.

Meinungen / Ihre Meinung eingeben

Ähnliche Artikel dank Ihrer Spende

Möchten Sie weitere solche Beiträge lesen? Ihre Spende macht es möglich:

Mit Kreditkarte oder Paypal - oder direkt aufs Spendenkonto für Stiftung SSUI, Jurablickstr. 69, 3095 Spiegel BE
IBAN CH0309000000604575581 (SSUI)
BIC/SWIFT POFICHBEXXX, Clearing: 09000

Ihre Spenden können Sie bei den Steuern abziehen.

Einzahlungsschein anfordern: kontakt@infosperber.ch (Postadresse angeben!)

Eine Meinung

Hier ein Kommentar vom VORGÄNGER RICHARD FALK
via Transcend: https://www.transcend.org/tms/2016/01/wibisonos-resignation-as-un-special-rapporteur-on-occupied-palestine/
ode via seine Homepage: https://richardfalk.wordpress.com/2016/01/06/wibisonos-resignation-as-un-special-rapporteur-on-occupied-palestine/
MfG
Werner T. Meyer
Werner Meyer, am 11. Januar 2016 um 15:49 Uhr

Ihre Meinung

Loggen Sie sich ein. Wir gestatten keine Meinungseinträge anonymer User. Hier können Sie sich registrieren.
Sollten Sie ihr Passwort vergessen haben, können Sie es neu anfordern. Meinungen schalten wir neu 9 Stunden nach Erhalt online, damit wir Zeit haben, deren Sachlichkeit zu prüfen. Wir folgen damit einer Empfehlung des Presserats. Die Redaktion behält sich vor, Beiträge, welche andere Personen, Institutionen oder Unternehmen beleidigen oder unnötig herabsetzen, oder sich nicht auf den Inhalt des betreffenden Beitrags beziehen, zu kürzen, nicht zu veröffentlichen oder zu entfernen. Über Entscheide der Redaktion können wir keine Korrespondenz führen. Zwei Meinungseinträge unmittelbar hintereinander sind nicht erlaubt.