Professor Jeffry Sachs, Direktor des «Earth Institute» der Colombia University © cc

Professor Jeffry Sachs, Direktor des «Earth Institute» der Colombia University

Grèce: Le cynisme de banquiers et de politiciens

Red. / 16. Jul 2015 - «Les Etats puissants seront rattrapés par les souffrances qu’ils infligent», prédit le Professeur américain Jeffry Sachs.

Red. Pour l’économiste américain Jeffry Sachs, très critique envers l’accord sur la Grèce, l’Europe «est sur le point de s’effondrer à cause des vanités et du cynisme d’une poignée de banquiers et de politiciens». Et il ajoute: «Il y a un choix idéologique de casser la Grèce.» Infosperber présente l'interview que Jeffry Sachs a accordé au journal «La Libération» étant disponible en ligne.

INTERVIEW

Question: Dans votre appel, vous écriviez que «le gouvernement grec est sommé de mettre un pistolet sur sa tempe et d’appuyer sur la gâchette. Malheureusement, la balle ne tuera pas simplement le futur de la Grèce en Europe». En est-on là?

Jeffry Sachs: Dire qu’il y a eu soi-disant six mois de brainstorming pour trouver une issue qui satisfasse tout le monde… mais il n’y a eu aucun brainstorming! Il y a juste un choix politique, idéologique, de casser la Grèce. Il y a un choix économique, fondamentaliste, de soumettre ce pays. Il n’y a aucune raison pour que le pays s’en sorte avec la batterie de «réformes» passées en force. Imposées. Elles ne parlent pas de l’annulation d’une partie de la dette que tout le monde sait insoutenable. Elles ne mettent rien en branle pour que le pays sorte de la plus grande récession depuis la guerre. Elles ne sortiront pas les 40% d’enfants qui vivent sous le seuil de pauvreté ou les 50% de jeunes au chômage, sans aucun avenir. Elles sont des ordres, pas des réformes. Où est le professionnalisme, où sont les propositions sérieuses, débattues, qui ne seraient pas jetées sur un coin de table? Jusqu’au bout, le ministère allemand des Finances a campé dans ses positions maximalistes; jusqu’au bout, personne n’a osé y résister, au nom de la survie de la zone euro. Mais à quel prix?

La perte de confiance dont parlaient les dirigeants de la zone euro envers la Grèce était-elle justifiée?

La confiance doit aller dans les deux sens; elle doit être réciproque. Où est la confiance quand l’Allemagne interdit toute discussion honnête sur la faisabilité et la viabilité d’un tel plan? Où est la confiance quand, à l’issue de l’accord, Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances, reconnaît que la dette est insurmontable mais que c’est contraire aux règles d’y remédier? La perte de confiance, au fond, se pose surtout sur la faiblesse des institutions européennes. La Commission européenne a complètement été mise sur la touche, à l’image de son commissaire aux Affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, systématiquement renvoyé dans les cordes. Si on continue comme cela, sans solidarité, sans compromis, le rêve européen est condamné. L’Europe s’est construite sur les cendres de la Seconde Guerre mondiale grâce à la vision de chefs d’Etat. Elle est sur le point de s’effondrer à cause des vanités et du cynisme d’une poignée de banquiers et de politiciens.

Que peut-il se passer en Grèce?

Une catastrophe. Fermer un secteur bancaire pendant des semaines ne s’est pas produit depuis la Grande Dépression des années 30. Le pays est déjà au bord de l’effondrement depuis quelques semaines. Il fait des pas de plus vers la falaise. La Banque centrale européenne n’a pas voulu jouer le rôle de prêteur en dernier ressort, parce que Jens Weidmann, président de la Bundesbank, faisait partie des faucons. C’est très choquant. Cela fait quarante ans que je m’investis dans l’économie internationale et je n’ai jamais vu ça; voir cela en 2015, dans une des deux plus grandes économies du monde, tient du cauchemar. C’est la faillite, en soi, d’un système financier et économique sans réelle gouvernance politique.

Tsípras va-t-il réussir à survivre à une telle humiliation après avoir plaidé à juste titre pour qu’un référendum refuse un tel plan?

C’est peu probable. En réalité, depuis l’arrivée au pouvoir de Syriza en janvier, les responsables allemands ont à peine contenu leur fureur de voir un gouvernement de gauche radicale d’un petit pays en faillite oser défier l’une des plus puissantes économies de la planète. Ils vont gagner. Comme les mouvements de la droite radicale et de l’extrême droite, qui vont capitaliser sur la tragicomédie de ce dernier Conseil européen, qui traduit un échec absolu de la prise en compte des intérêts d’un pays vulnérable. A la façon de l’Allemagne avec la zone euro, les Etats-Unis ont tenté d’imposer, pendant des décennies, leur politique économique expansionniste dans leur zone dollar d’Amérique latine. On a vu le résultat : l’échec absolu et la déstabilisation politique…

Vous faites un parallèle entre les négociations climatiques et les négociations européennes avec la Grèce…

Oui, parce qu’elles sont marquées par la politique de courte vue, une sorte de cécité dramatique. Face au plus grand enjeu que la planète ait jamais eu à affronter, le changement climatique, les Etats campent encore sur le mode de «qui paiera moins et gagnera plus». Mais tout le monde va perdre; et tous les Etats vont être submergés par la multiplication des catastrophes qui se précisent, même avec une hausse de 1°C des températures.

Les politiques n’aiment pas le bruit, les difficultés, et font semblant de ne pas comprendre les enjeux. Surtout les Etats-Unis, dont le Congrès est totalement verrouillé par les lobbies pétroliers et gaziers. Leur responsabilité historique dans l’inaction coupable sera terrible. Idem pour la Grèce.

Plutôt que de trouver un compromis ambitieux, de chercher les moyens financiers, économiques et humains pour qu’Athènes s’en sorte et que la misère actuelle ne précipite pas un peu plus le pays vers le chaos, l’Allemagne (et accessoirement, la France) a pressé, imposé une solution, sans rien négocier.

Que ce soit sur le climat ou sur la Grèce, les Etats puissants ne veulent pas entendre ce qui est douloureux pour les plus faibles. Mais à la fin, ils seront rattrapés par les souffrances qu’ils infligent. Sauf réveil essentiel, le parallèle se terminera ainsi : une série de chocs dramatiques vont se produire et nos systèmes politiques, dominés par des élites sans vision, seront incapables d’y faire face.

---

---

Themenbezogene Interessen (-bindung) der Autorin/des Autors

Aucune. Jeffrey D. Sachs is a professor of economics, leader in sustainable development, senior UN advisor, bestselling author, and syndicated columnist whose monthly newspaper columns appear in more than 80 countries.

Meinungen / Ihre Meinung eingeben

Ähnliche Artikel dank Ihrer Spende

Möchten Sie weitere solche Beiträge lesen? Ihre Spende macht es möglich:

Mit Kreditkarte oder Paypal - oder direkt aufs Spendenkonto für Stiftung SSUI, Jurablickstr. 69, 3095 Spiegel BE
IBAN CH0309000000604575581 (SSUI)
BIC/SWIFT POFICHBEXXX, Clearing: 09000

Ihre Spenden können Sie bei den Steuern abziehen.

Einzahlungsschein anfordern: kontakt@infosperber.ch (Postadresse angeben!)

2 Meinungen

Wenn man darüber hinaus in der Baslerzeitung noch nachlesen kann, dass die zu privatisierenden Flugplätze in Griechenland im Visier einer Deutschen Managementgesellschaft steht, welche mehrheitlich dem Deutschen Staat, lies Finanzministerium gehört, so wird wohl alles klar.

Schäuble träumt offenbar von den im ersten Weltkrieg verlorenen Kolonien. Mit seinem Gerede über den Grexit hat er erst die ganze Banken- und Liquiditätskrise in Griechenland losgetreten. Das grenzt schon bald an ein völkerrechtliches Vergehen, welches von einem internationalen Gerichtshof untersucht werden sollte.

Verhandlungen auf Augenhöhe, wie Frau Merkel oft wiederholt ? Da waren wohl Hühneraugen gemeint.

Ob aber die provozierten Leiden wirklich auf die Verursacher zurückfallen werden, wie Jeffrey Sachs suggeriert, erscheint mir weniger sicher. Die Machtallianzen der Arroganten scheinen sich gut verteidigen zu können. Der Mauerbauer Ulbricht ist zwar verschwunden, es gibt aber mehr Mauerbauer denn je, sei es in Eilath, Arizona oder Ungarn. Zum Glück ist die CH-Topographie für solche Ansinnen über grosse Strecken wenig geeignet. Zaunhersteller können aber auch anderswo gut daran verdienen.
Josef Hunkeler, am 16. Juli 2015 um 11:25 Uhr
Man traut seinen Augen nicht! Angesichts der Griechenlandpolik der EU kommen sogar DEM Mann die Tränen, der einst als der grosse Liquidator mit seiner Schock-Privatisierungspolitik durch den Osten (Jugoslawien, Russland insbesondere) zog und als Regierungsberater den Lebensstandard der Nicht-Nomenklatura halbieren half.

Da grausen sich die Neoliberalen verschiedener Transformationsszeiten gegenseitig voreinander.

Werner T. Meyer
Werner Meyer, am 16. Juli 2015 um 16:56 Uhr

Ihre Meinung

Loggen Sie sich ein. Wir gestatten keine Meinungseinträge anonymer User. Hier können Sie sich registrieren.
Sollten Sie ihr Passwort vergessen haben, können Sie es neu anfordern. Meinungen schalten wir neu 9 Stunden nach Erhalt online, damit wir Zeit haben, deren Sachlichkeit zu prüfen. Wir folgen damit einer Empfehlung des Presserats. Die Redaktion behält sich vor, Beiträge, welche andere Personen, Institutionen oder Unternehmen beleidigen oder unnötig herabsetzen, oder sich nicht auf den Inhalt des betreffenden Beitrags beziehen, zu kürzen, nicht zu veröffentlichen oder zu entfernen. Über Entscheide der Redaktion können wir keine Korrespondenz führen. Zwei Meinungseinträge unmittelbar hintereinander sind nicht erlaubt.